L’être humain est condamné à être libre

Je m’apprête à donner une conférence sur la résilience devant 200 personnes…

(c’était juste avant la crise sanitaire)

L’intervenant suivant, un philosophe, me sert la main pour m’encourager.

Il trouve mes mains froides, je lui dis en souriant que c’est le stress.

Même si je suis habitué à l’exercice, il y a toujours ce pic de stress quelques minutes avant.

Je me demande pourquoi je m’inflige cela, alors que je pourrais être tranquillement en consultation avec un patient.

Comme d’habitude, une fois les 5 premières minutes passées, les enjeux se dissipent et laissent place au plaisir de transmettre un thème qui me passionne en m’amusant avec le public.
Le bénéfice vaut bien une virée en dehors de sa zone de confort.

A la fin de mon intervention, c’est au philosophe d’intervenir.

Il me tend la main avec un sourire complice : les siennes aussi sont froides. On est vraiment tous pareil.

La raison pour laquelle je vous raconte cette anecdote, c’est par ce qu’il m’a laissé un texte de Sartre éblouissant de clarté.

J’en profite pour vous le partager ci dessous :

Lien avec la psychologie

Ce texte est très proche de la notion de stratégie de coping ou stratégie d’ajustement.

La stratégie de coping (to cope = faire face) est la réponse que nous donnons à un évènement stressant qui dépasse nos ressources. Une stratégie de coping adaptative nous permet de répondre à la contrainte pour retrouver un état d’équilibre. Les stratégies de coping peuvent être centrées sur la résolution du problème (agir sur la situation) ou bien centrée sur l’émotion (agir sur notre vécu, sur notre expérience, sur la perception de la situation).

Ces stratégies peuvent être actives (agir sur la situation, chercher du soutien, faire du sport) ou bien passives (déni, évitement, résignation…).

Le texte de Sartre est très en lien avec l’approche de Viktor Frankl : face à un évènement douloureux, la vie nous pose une question, elle nous demande ce que nous souhaitons en faire. Selon lui, elle nous donne une opportunité de choisir notre conduite dans l’adversité, et ainsi d’incarner nos valeurs comme jamais nous aurions eu l’opportunité de le faire.

Ce qu'il y a de fabuleux avec la connaissance, l'amour et le bonheur, c'est qu'ils sont décuplés lorsqu'on les partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *